philippe chavaroche

philippe chavaroche

Conférence de Michel BALAT le 20 juillet 2012 à Dax

Compte-rendu de la
conférence de Michel BALAT

le 20 juillet 2912 à
Dax sur le thème :

 

« La psychothérapie

institutionnelle aujourd'hui ».

 

Association APARTE,

Service de psychiatrie de
l'enfant et de l'adolescent

Centre hospitalier de Dax.

 

 

Michel Balat, fidèle à son habitude,
n'a pas essayé de répondre directement à la question posée par le
titre de la conférence (titre qu'il a avoué avoir lui-même
proposé!) mais a développé quelques thématiques qui lui semblent
s'inscrire dans ce mouvement que l'on a appelé la « psychothérapie
institutionnelle »...

S'il a bien sûr évoqué quelques
éléments d'histoire, notamment autour des figures de Jean Oury et
de François Tosquelles, il a surtout montré combien il fallait
sortir des présupposés fixistes qui reviennent en force dans la
psychiatrie, principalement la dimension de l'enfermement contre
laquelle ces prédécesseurs ont luté en leur temps . Il parle d'une
véritable tragédie qui n'est pas sans rappeler l'asile d'autrefois,
mais, dit-il : « un asile plus sophistiqué revisité par
Kafka ».

 

L'institution, l'institutionnel,
doit-être un tiers mais un tiers qui introduise des perspectives
dynamiques, qui aide à sortir des pensées fixées, des positions
binaires... « c'est pas parce qu'il y a un troisième qu'il y a
du tiers » remarque-t-il ! L'institution (à différencier
de « l'établissement ») doit pouvoir susciter des
mouvements, des cheminements, des trajets... qui ne sont pas fixés à
l'avance...

 

Michel Balat rappelle ensuite quelques
principes fondamentaux de la psychothérapie institutionnelle et plus
particulièrement celui de « l'accueil ». Bien au delà
des procédures et protocoles d'accueil dont tous les établissements
se dotent aujourd'hui, il explique que l'accueil en établissement
relève de l'urgence à accueillir le monde psychique en difficulté
et en souffrance de l'autre comme dans un SAMU, l'urgence est
d'accueillir et de « prendre en charge » l'état de santé
physique d'une personne.

 

Si beaucoup d'établissement proclament
qu'ils s'occupent du « sujet »... il n'y a qu'un seul
sujet dit Michel Balat, le « sujet de l'inconscient » et
l'accueil du sujet est alors de recevoir les manifestations
inconscientes du sujet... une « symptomatisation générale »
dit-il... ce que Pierre Delion nomme la fonction « sémaphorique »,
ce qui est porteur de signes... et à partir desquels on peut
peut-être donner du sens, la fonction « métaphorique ».
Il affirme donc la nécessité de toujours regarder sous l'angle du
symptôme les moindres manifestations et là, nous explique-t-il, on
voit arriver des « choses fines »...

Mais, pour que ces éléments fins et
subtils soient repris, il faut qu'ils s'inscrivent... sinon, dit-il,
ça n'a pas existé... Alors il faut, dans l'institution, ce qu'il
nomme une « feuille d'assertion », espace où ce qui se
passe est inscrit. Il évoque la « reprise » que l'on
fait des évènements d'une journée ou d'une activité et il fait le
lien avec la reprise que l'on faisait avant sur les chaussettes (il
évoque le terme « ramender » qui est utilisé aussi pour
la réparation des filets de pêche). Le symptôme, par son caractère
« brut » fait souvent « trou » dans nos
espaces psychiques et la « reprise » a alors pour effet
de border ce trou, de le « ramender » pour y remettre des
fils de chaine et de trame... pour que ça « tienne » un
peu mieux... Pour ça il faut de l'inscription, ce qu'il nomme la
fonction « scribe », c'est-à-dire que le simple fait de
reconnaître que « c'est » constitue déjà une forme
d'interprétation. « Inscrire, c'est déjà de
l'interprétation » affirme Michel Balat... et il évoque ce
que disait Tosquelles de la cure analytique... un analysant qui dit
des « conneries »... et un analyste qui de temps en temps
lui répond une « connerie »...

« Inscrire » pour Michel
Balat, c'est dire ce qui vient dans notre psychisme comme trace
possible, comme « possibilisation », du psychisme en
panne ou en souffrance du patient... même si cela peut nous sembler
des « conneries »... mais, connerie ou pas nous n'en
savons rien à l'avance, ce que nous savons c'est que « c'est »
et que cela doit être inscrit.

Il évoque quelques exemples de sa
pratique auprès des blessés en éveil de coma à Château Rauzé
montrant la force de l'inscription pour ces personnes dites en « état
végétatif » dont on pouvait penser que toute pensée était
absente... il montre combien l'inscription d'une pensée avec eux et
autour d'eux a des effets puissants de « reprise » d'une
vie relationnelle chez eux (même si ces pensées peuvent être
« dures »... notamment lorsqu'il évoque le sentiment de
mort qui entoure un patient et qui, lorsqu'il peut être inscrit,
libère les professionnels et  le patient lui-même qui, alors qu'il
était dans le coma, rit aux éclats le lendemain...)

Il explique aussi le concept de
« petite flûte », c'est-à-dire que dans un ensemble de
professionnels qui peuvent sembler plongés dans le désespoir, la
panne, la finitude, la fermeture... il y a toujours quelqu'un qui va
jouer un autre air, un petite musique différente... plus
« positive »... qui va apporter un peu d'ouvert et
entraîner des petites modifications dans l'ambiance autour de ce
patient... 

 

Le travail d'inscription vient très
modestement tenter de mettre de « l'ouvert » dans la
clôture de certains états dits « fixés » mais, nous
dit Michel Balat, il faut savoir que nous sommes toujours face à du
singulier... et qu'il y a forcément de l'opacité chez le sujet.

 

Dans les principes fondamentaux de la
psychothérapie institutionnelle, il souligne la nécessité du
conflit comme étant l'âme même de notre travail. Le conflit, à
condition qu'il ne soit pas attisé et objet de jouissance, doit être
porté à son développement comme moteur de la dynamique, de
l'ouverture et non, comme c'est souvent le cas, être à tout prix
résolu ce qui entraîne alors une réduction à l'une ou l'autre des
parties, ou une synthèse tiède ou bancale, et donc un
appauvrissement de la  force créatrice qu'il recélait.



15/09/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 64 autres membres